Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


La solitude est  lourde à supporter et cet ancien tableau témoigne de celle d’une amie qui vivait mal sa condition de femme divorcée devant élever son jeune garçon .
À l’époque, je la rencontrai souvent.
Des soirées entières, nous parlions de son manque charnel et mental d’un homme à la maison.
Chaque détail de cette toile pour lequel elle eut la gentillesse de poser insiste sur cette désertion de l’amour qui l'enfermait lentement et fragilisait son épanouissement.

commentaires

Nath 12/09/2009 21:53

Faut-il être seule pour  être en solitude? Je ne pense pas.

Michel Giliberti 24/10/2009 17:53


J'étais seul aux miieux des élèves dans la cour d'école... C'est vrai que les autres n'enlèvent pas forcement l'impression de solitude qui peut s'installer en nous.
 @ bientôt,

Michel


ENIGMA 30/05/2009 08:38

Une toile magnifique qui rend la solitude si forte avec cette énigme d'incompréhension devant les aléas de la vie. Vous avez le talent de faire transcrire les sentiments profonds de l'être humain. Elle ressemble à un désert où chaque chose aussi petit qu'un grain de sable à sa place dans l'univers mystérieux des tourments humains. Vos mots sont des couleurs chaudes qui rendent la toile du coeur magique!

Michel Giliberti 31/05/2009 09:34


je suis toujours très touché par tout ce que vous me dites. Votre analyse de mes toiles est bouleversante.
merci Enigma,

Michel


Communauté contre la faim 19/01/2009 18:20

Bonjour…
Contre la faim dans le monde…Nous attirons l’attention d’un plus grand nombre d’artistes présent sur Over Blog…Pour ensemble construire un mur contre la cause soutenue.
Chaque pierre assemblée sera l’empreinte d’un soutien, d’une sensibilité commune à la misère, l’inégalité sur terre. Une opération mise en place en vue de sensibiliser nos consciences embrumées par les valeurs attribuées au pouvoir de l’argent pour l’argent, au détriment de la valeur humaine…Monnaie que nous voulons faite d’échange.
 
Si vous souhaitez contribuer à la construction de ce mur…Nous vous remercions de nous adresser une photo (taille réduite)  de la création choisie à l’adresse communautcontrelafaim@hotmail.fr

Michel Giliberti 19/01/2009 18:24


OK! je m'en occuppe, mais qu'appelez vous taille réduite?
 @ bientôt,

Michel


LAURETTE 14/01/2009 11:04

quand vous dites que vous pouvez planifier votre solitude, je ne peux que penser que vous n'êtes pas dans la solitude. C'est un avis personnel, mais il me semble que la solitude ne nous en laisse pas le choix, on est seul comme on est mort. Le tableau cependant me parle beaucoup d'isolement, d'incompréhension des autres, et de traductions de tous ces sentiments si noirs. Merveilleux tableau, merci

Michel Giliberti 14/01/2009 11:15



Effectivement, je ne suis absolument pas seul et vous avez raison de dire que « planifier sa solitude » implique de ne pas l'être. Je crois qu’en disant cela je certifiais à un ami le fait que
nous aimons tous nous retrouver seuls de temps en temps et qu'à ce compte, c'était une solitude planifiée et donc, forcément, bien moins éprouvante...
 @ bientôt Laurette et merci pour le compliment sur le tableau..

Michel



xavier-alexandre pons 10/01/2009 16:55

hé mais c'est de ma mére que tu parles comme ac sy va toi

Michel Giliberti 10/01/2009 17:39


Ben oui... mais j'avais rien dit par pudeur. Maintenant, c'est fait.
Et toi, ma biche, tu vas bien?

Michel


Julie 10/01/2009 13:40

le fait que je sois myope d'un côté m'empêche de bien voir la toile, que tient la femme dans la main... ?Jjps : j'ai passé ma soirée hier à chercher la toile de l'article d'hier, pas de chance pour moi !!

Michel Giliberti 10/01/2009 14:18



Merci d'avoir cherché, c'est gentil, mais si cette toile a été vendue au Japon, comme je le présume, ce sera difficile de retrouver son titre. Quant à celle-ci qui traite de la solitude, la jeune
femme tient un objet minéral long et de forme cylindrique à rapprocher de deux autres objets toujours minéraux et de formes sphériques. Une espèce de puzzle sexuel qu'elle essaierait de
reconstituer.
Tout est symbolique dans ce tableau bien sûr... mais ça se voit mieux en taille naturelle (si j'ose dire...)
 @ bientôt Jj

Michel



François 10/01/2009 10:34

Il y avait hier soir à la télé des images d'un tremblement de terre au Costa Rica : les mêmes lèvres ouvertes dans la terre et les gens hébétés autour... Quand la terre s'ouvre pour prendre ceux qu'on aime... ou plutot pour prendre l'amour qu'on éprouve ou qu'on a éprouvé pour eux.Commencent alors des maladies au long cours qu'on ne calme pas avec un peu de confiture (comme disait Bernanos dans une de ses colères)...Plein d'amitiéFrançois

Michel Giliberti 10/01/2009 12:11



La colère de Bernanos était justifiée.
Il est très difficile de se mettre dans la peau d'une personne qui souffre, c'est quelque chose que l'on doit apprendre dès l'enfance et seuls les parents peuvent donner cette capacité.
L'éducation, toujours !
Quoi qu'il en soit, je pense sans trop me tromper que le drame de la solitude est très lié à notre société qui n'ouvre pas ses bras ou alors seulement sous forme de décrets, de moratoires, de
lois... et même si c'est déjà ça, ça reste insuffisant. Mais je m'aventure sur le terrain détestable du donneur de leçons...
 @ bientôt François,

Michel



Chris-Tian Vidal 10/01/2009 10:19

Bonjour mon Michel, je suis par nature très solitaire mais je vis avec le même compagnon depuis un peu plus de quinze ans. Disons que je pourrais passer des journées entières sans parler, sortir en ville et regarder les gens, les ambiances et aller au ciné seul et au théâtre, sans parler à quiconque. Je voyage souvent seul, d'ailleurs.  Dans ma vie de couple, je peux ne pas parler mais je sais que je ne suis pas seul et que j'ai un compagnon à mes côtés et que je l'aime.  Qu'est devenue ton amie ? Ton image est superbe. Cette femme sans cheveux semblent totalement exangue et un gouffre souffre (lapsus) s'ouvre à elle. Dans lequel elle pourrait se jeter si elle en avait la force. Et puis, cette solitude du décor ! Comme dans un livre de SF et pourtant c'est le quotidien de beaucoup de nous, ce désert de solitudes et dans le milieu gay, n'en parlons pas ! Un très beau tableau. On meurt, parfois de solitude, on ne meurt pas du cancer, on meurt d'amour ou de non-amour, chante Valérie Lagrange. Je le pense aussi. Aimons-nous les uns les autres ! Ca n'a rien de niais ni de choquant que de dire cela. Notre société bétonnée manque d'amour. Je t'embrasse bien affectueusement en te souhaitant un bon WE. Chris.

Michel Giliberti 10/01/2009 12:19


Je suis exactement comme ça. La solitude ne me fait pas peur, car je la planifie, si je puis dire, et je l'arrête au moment que je veux.
Quant au tableau, la plaie dans le sol devant les yeux de mon modèle a une forme ovale pour signifier la vacance de son sexe ; son crâne est rasé pour marquer la négation du mental ; les trois
objets, un long et deux ronds continuent dans la métaphore de son manque d’un compagnon.
 @ bientôt Christian…

Michel


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog