Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

j'ai parfois la  nostalgie des hommes que je n’ai pas connus, des hommes que j’imagine pacifistes, proches de la nature, de ceux-là qui n’ont peut-être jamais existé.
Des hommes qui auraient ignoré l’ambition, la religion, la destruction, la coercition, ou l’autocélébration.
Des hommes qui se seraient contentés de vivre de la terre sans la détruire, sans se détruire… Et si ces hommes-là ont existé, quand donc l’erreur a-t-elle eu lieu ?

commentaires

Laura 02/03/2011 16:54



Questions plus d'actualité que jamais.


Vous êtes un visionnaire, c'est sûr, cher Michel.


Je vous embrasse.



Michel Giliberti 02/03/2011 21:51



Ma chère Laura, un simple "regard" curieux et quelque peu désenchanté. Je vous embrasse très fort.
Michel



Michel 10/01/2009 17:47

Bonsoir MichelJe me suis permis de faire figurer le texte de cet article, tel une citation, sur le site "Citations de Litterair.net", à l'adresse suivante : http://citations.litterair.net/citation-288.htmlJ'espère que la démarche ne te heurtera pas... j'ai trouvé ce texte très beau, et digne d'être partagé. Je mentionne d'ailleurs clairement le titre de l'article sous forme de lien vers ton blog.

Michel Giliberti 10/01/2009 18:24


Mon cher Michel, ça ne peut que me faire plaisir...
je te remercie beaucoup,
 @ bientôt,

Michel


Muhammad 20/12/2008 22:47

Michel,Many apologies!!C'est un reve. Une nostalgie pour un temps n'existe jamais. Ces hommes-la n'ont existe jamais. They are creatures of your desires. Job, mon mari, etait un homme Cree. Je l'aime apres 20 ans de mort. May your dreams comfort you.Muhammad

Michel Giliberti 21/12/2008 08:01


Je comprends que vous aimiez toujours l'homme de votre vie, c'est très beau ; quant à l'erreur dont je parle, elle n'est évoquée ici que pour dénoncer l'être humain qui s'acharne à détuire le
monde.
 @ bientôt,

Michel


siams 19/12/2008 06:02

Insatiable : affamé, assoiffé, avide, boulimique, dévorant, insatisfait, vorace. Effets secondaire : mépris, arrogance, déni.

Michel Giliberti 19/12/2008 06:23


Voilà qui est dit... et le mépris, pour ne citer que lui est une de ces erreurs qui me bouleversent toujours plus.
Merci Siams,
@ bientôt,

Michel


siams 19/12/2008 05:55

L'erreur c'est ....le pouvoir . Insatiable

Michel Giliberti 19/12/2008 06:28



Le pouvoir est redoutable.
Je sais bien qu'il existe toute part, qu'il est humain, mais ces derniers temps il détruit tout et fabrique des monstres.
 @ bientôt,

Michel



plumedecib 17/12/2008 15:34

portrait idyllique des hommes d'avant ? Hmm, je ne suis pas si sure qu'ils vivaient "sans souci de détruire". Ils vivaient avec le souci de conquête, c'est ce qui les a fait "avancer", se rencontrer, se mélanger, s'entre-tuer toujours. La loi du plus fort est peut être bien la première de toutes les lois des hommes. Et la loi de la peur aussi, puisqu'elle sert à régner sur les plus faibles.... L'homme d'avant n'était pas courbé comme on nous le montre, mais bien droit et géant... Y a t -il vraiment eu une erreur ? l'homme est parvenu à son évolution maximum, il n'a pas muté.... 

Michel Giliberti 17/12/2008 20:25



Je dis bien dans le texte "des hommes qui n'a peut-être jamais existé". Je sais très bien que l'homme est un loup pour l'homme pour employer une phrase tant employée, mais je me dis que la dérive
actuelle est telle, que ça laisse rêveur...
 @ bientôt,

Michel



Jj 17/12/2008 12:42

le premier commentaire que je voulais poster était ; "j'aime la trace du sous-vêtement dans la photo" mais bon, je me suis dit qu'il ne serait peut être pas édité, et en bon "Gilibertiste", je ne peux pas me priver de cette remarque osée... 

Michel Giliberti 17/12/2008 20:22


C'est normal... et pas osé... je comprends très bien, :o)

Michel


Maryse 17/12/2008 11:42

beaucoup de peuples primitifs vivaient de la terre sans la détruire, parce qu'ils ne prenaient que ce dont ils avaient besoin pour survivre et maintenaient ainsi un équilibre...une autre approche du vivant, animiste.Ta photo est absolument sublime, et une chose est certaine : l'erreur n'a pas eu lieu le jour où ce garçon aux cheveux noirs se trouvait devant ton objectif ! bisous

Michel Giliberti 17/12/2008 12:56



Mais oui, les choses avaient un sens qui s'apparentait au respect. Quand je vois sur les marchés de province des poules attachées entre elles par les pattes et jetées dans des paniers comme de
vulgaires objets, je ressens un malaise inimaginable. Comment peut-on à ce point mépriser ce qui fait notre nourriture sachant que ne leur a pas demandé leur avis ? et il y a des tas d'autres
d'exemple, tu t'en doutes, toi qui comme moi connais la campagne. Enfin, je m'éloigne du sujet, mais quand même...
 Merci pour la photo... garçon sublime effectivement et si doux.
@ bientôt,

Michel



Jack 17/12/2008 10:40

il apparait biien que l'avis sur la religion en général est assez  homogène chez les  GILIBERTISTES....(je vous prie de m'excuser pour ce dernier terme qui en aucune manière ne saurait etre assimilé a une "religiosité" fut elle artistiquel)

Michel Giliberti 17/12/2008 12:49



Je puis vous assurer que la religion n’était pas le fin fond de l'histoire et que dans cet article tous les ingrédients avaient autant de poids qu’elle-même.
 @ bientôt Jack

Michel



gazou 17/12/2008 10:02

Les hommes se servent de la religion comme ils se servent  de toute chose,tout peut être dévié et servir à détruire..D'autres ont trouvé dans la religion un chemin pour se construire et pour aimer,les exemples ne manquent pas...Hitler n'a pas eu besoin de la religion pour détruire..Mais la question se pose : quand l'erreur a-t-elle eu lieu ?

Michel Giliberti 17/12/2008 12:45



Dans les quelques mots que j'agite dans cet article, la religion est au même rang que tous les autres mots et n'est pas seule responsable de ce que je déplore... mais la question reste la même :
« Quand donc nous sommes-nous trompés? »

@ bientôt,

Michel



François 17/12/2008 09:54

Nostalgie du bon (et beau !) sauvage... c'est une question qui taraude l'occident depuis si longtemps..C'est une question qui parle surtout de celui qui la pose et qui dit son rève, son inspiration, son espérance...C'est une question qui me parle de vous Michel...Plein d'amitié

Michel Giliberti 17/12/2008 12:42



On ne parle jamais que de soi (hélas...) et voyez-vous François, c'est bien ce qui me navre dans le fond, car la route est longue qui conduit à se détacher de sa psychologie et enfin pénétrer
l'essentiel consistant (à mon avis) à faire un tout avec les choses qui nous entourent... le chemin est long.
 Merci encore François,
 @ bientôt,

Michel



plumedecib 17/12/2008 09:53

je me posais la même question... nous nous posions cette question en famille.... Et nous avons également déduit que la religion a fait grand mal. Néanmoins la religion n'est apparue que tardivement. L'homme avait déjà ce souci de conquête et de pouvoir...

Michel Giliberti 17/12/2008 12:34



La religion telle que nous la connaissons, immuable et pesante, oui certainement, mais de tout temps l'homme a eu l'audace de se référer à ses pouvoirs de Dieux divers pour dicter sa ligne de vie
et expliquer ses mystères.
 @ bientôt,

Michel



Jj 17/12/2008 09:30

les religions ont beaucoup détruit, qu'est-ce que l'homme n'a pas fait au nom de son Dieu quel qu'il soit...Bonne journée,Jj

Michel Giliberti 17/12/2008 12:27


je suis bien d'accord... hélas,

Michel


ALCOFIBRAS 17/12/2008 09:26

Il existe encore de tels hommes ; les Indiens Tarahumaras au nord du Mexique. Ils rejettent toute forme de modernité.Une légende raconte que quand le dernier d'entre eux disparaîtra (ils ne sont plus que quelques centaines) la vie des hommes sur Terre n'aura plus de sens... à méditer.

Michel Giliberti 17/12/2008 12:27



Je médite et m'attriste. Sans à avoir à renier notre société, n'aurait-il pas été judicieux d'aborder les différences sans « nécessairement » vouloir les niveler au seul modèle inspiré du
productivisme ?
 @ bientôt,

Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog