Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti



Les mots trimballent les mêmes émois depuis toujours et moi je les trimballe au fil des mois…
Je les ravis, mais eux aussi savent le faire sans précaution, sans autre douceur que l’aigre-doux du sens à l’heure du rapt.
Et puis les peaux… même état d’âme qu’avec les mots… je les épouse, je les rejette. Elles me reprennent puis me renvoient.
La nudité comme un mystère et le mystère enfin à nu…
À disposition.
À juste les sens.
Les mots, les peaux… simples senteurs, musc ou jasmin. Et le silence qui désapprend jusqu’à la soif prochaine.

commentaires

Valériane 29/12/2008 07:39

Ce que j'ai aimé dans ce blog, c'est vraiment l'ensemble -D'abord les photos esthétiques puis l'ambiance qui s'en dégage et les mots simples, sensibles -Bien, bien, bien -Valériane.

Michel Giliberti 29/12/2008 08:26


Merci Valériane...
 @  bientôt,

Michel


Henri-Pierre 19/12/2008 19:49

Les mots et les peaux, difficiles, les deux à apprivoiser, mais porteurs également de délices.Ton billet, Michel, est lumineusement prolongé par ta réponse à Jack.

Michel Giliberti 19/12/2008 20:54


Merci Henri-Pierre,
Michel


Jerem 14/12/2008 18:08

Il y a dans cette photo quelque chose qui fait penser au Tarzan des années 30, celui incarné par Weismüller (pas sûr de l'orthographe).

Michel Giliberti 14/12/2008 18:13


C'est très drôle ce que tu me dis, car c'est tout à fait vrai.... ça alors..
 @ bientôt,

Michel


Flopso 13/12/2008 23:12

je cherche un poème ou texte de théâtre célèbre dans tous les blogs de la catégorie poésie,qui exprime la souffrance que l'on ressent quand la personne que l'on aime est loin. Pas quelque chose de "gnan gnan" mais avec des mots assez violents, forts, qui expriment le déchirement, la "décomposition intérieure" que l'on peut ressentir par manque de l'autre. Merci

Michel Giliberti 14/12/2008 07:42


Célèbre dans tous les blogs?? je n'en sais rien... désolé.
Michel


Jack 13/12/2008 22:53

je lis le post précedent, il est vrai que certains modeles sont pret a tout pour arriver à leurs "fins" mais c'est pour la bonne cause, et la faiblesse  humaine  surtout si elel est rare est aussi  délicate que le gout des fruits dans leur corbeille du matin.

Michel Giliberti 14/12/2008 08:02



Je comprends tout à fait les modèles opportunistes, mais ils ne m'intéressent pas. J'ai toujours préféré travailler avec des garçons rencontrés au hasard de vernissages, de soirées, de voyages,
etc., mais parfois, même chez ceux-là, un lien étrange se crée avec moi, car n’étant pas des professionnels, pauser des heures entières, souvent même des jours entiers, puis des mois, car j’aime
les voir évoluer, implique de leur part une réflexion, une introspection directement liée au fait d’être nu devant un artiste qui se sert d’eux (en quelque sorte). Aussi, un peu comme chez un
psy(car ils parlent beaucoup et je les écoute infiniment) peut naître chez eux un transfert… Dès lors, j’ai tous les problèmes de la terre, même si ces problèmes sont délicieux et font partie de
mes plus beaux souvenirs.
 @ bientôt Jack

Michel



Jack 13/12/2008 22:09

une prise de vue typiquement GILIBERTIENNE,  grave , belle , interrogatrice, presque sévère mais adoucie par la jeunesse du modele  et la grace de son attitude assurémenr masculine...

Michel Giliberti 13/12/2008 22:28



Savez-vous Jack que cette photo date de ma toute première rencontre avec Emmanuel. Il n'avait pas encore dix-huit ans et déjà il savait m'offrir ce regard. Depuis les photos se sont succédé aux
photos et maintenant Emmanuel vit aux USA. Il est devenu un mannequin et de plus c’est un galeriste comblé... Notre relation amicale continue. Parfois, entre deux avions, il vient encore de
devant mon objectif et là… il retrouve ses dix-huit et moi mes appréhensions.
 Merci Jack et à bientôt,

Michel



François 13/12/2008 19:27

Prendre une photo ou etre pris par elle...C'est la question que nous pose chaque oeuvre d'art :devenir possédé par ce que l'on croit posséder..Mais on peut vivre ce dilemne sans doute de façon moins brutale : approcher, froler, caresser, en clair : renoncer à prendre, renoncer à posséder... Vivre simplement avec, aux cotés..Restent vos photos si belles qui, à moi qui ne connait pas vos modèles, me font toujours venir à la pensée la force de leurs "obscures clartés"...Plein d'amitié pour vous Michel, le chercheur d'essentiel...

Michel Giliberti 13/12/2008 20:32



« L'essentiel » puisque vous en parlez (et que ça me touche tant), aura toujours été de capter sans prendre… et de restituer l’instant d’une rencontre aux yeux des autres. Je ne sais pas d’où
vient ce désir d’être en retrait sinon pour que naisse l’abandon, mais ça reste un principe chez moi… Bien sûr dans de très rares occasions, certains de mes modèles surent s’armer de tant de
stratégies que ma volonté accusa quelques faiblesses. Je ne suis qu’un homme (heureusement).
Quoi qu'il en soit, je trouve que la beauté est chose rare et qu’elle se livre mal. Aussi, ne pas se laisser prendre à ses pièges est encore le moyen le plus sûr de la recevoir dans son
authenticité.
Merci François pour votre fidélité,
 @ bientôt,

Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog