Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Musique : Carlos Nakaï / Ancestral Voices

Demain matin, je retourne au bled...
Ces départs pour la Tunisie, ces départs chargés de mes rêves en bagages, sont mon lot depuis quelques années. J’ai trouvé là-bas, moi, le faiseur de textes, moi le glaneur d’idées, un air à fouiller, un air respirable, parce qu’un air qui ne m’appartient pas.
Ici, en France, tout est à moi et, comme tous les insatisfaits, il me faut ce qui ne m’est pas donné. Il me faut déchiffrer l’augure dans les viscères d’un ailleurs.
Alors, une fois encore, quelques clichés de là-bas, plus au sud cette fois… là, où le désert se fait sentir ; là, où il rode et vous enivre d’avance… Là, où il vous rattrape.


La route qui mène à Tozeur, Douz, Matmata, Medenine… et puis Tataouine.
Là vous y êtes.
Là, c’est le début du rêve quand tout votre corps qui réclamait la paix peut enfin croire qu’il va enfin la rencontrer.


Quelques ruines au milieu d' un paysage étrange dont l'odeur est un mélange de sable et de sel mouillé, peut-être... difficile à définir.


... encore une de ces constructions abandonnées qui servent de refuges à toutes sortes d'animaux...


... comme cet oiseau solitaire, surpris de rencontrer un oiseau encore plus bizare que lui... et aussi sauvage.


Un vieux tunisien qui n'a pas peur de marcher sur la route de Matmata, en plein soleil... mais comment fait-il ? Pas de métro, pas de bus, pas de voiture, pas de portable, pas d'Ipod... aucun problème de reconversion pour cet homme courageux si le pétrole venait à disparaître !


Matmata Encore, cette belle cariole, identique à celles que je prenais avec ma mère quand j'étais petit...


Matmata, toujours... petit repos méditatif. Le temps semble s'être arrêté.


 Tozeur... une promenade en vélo, une promenade volée au centre de la ville.
À très bientôt...
Pour d'autres images des mêmes endroits...

commentaires

R

Je suis tombé sur votre blog par hasard (en cherchant des photo de la neige dans le desert à côté de Matmata) et puis j'ai vu vos photos, sublimes ! Ca m'a intrigué de voir quelqu'un parler de
Matmata, vu que j'habite dans un village berbère à côté cette ville ! Si vous voulez des infos n'hésitez pas à demander ça me ferait plaisir de vous en donner sur notre culture !
Répondre
M


C'est très gentil de votre part Rose... oui, j'aime beaucoup Matmata qui dépayse tout à fait... en plus je suis né en Tunisie, alors vous pensez. Encore merci pour votre proposition, je ne
manquerai de vous contacter si j'en ai besoin...



N
il ya de la ressemblance entre ce jeune assis et ce cheval blanc , qui devine??
Répondre
M

Qui devine? Belle idée... Je ne sais pas, certainement les deux...

Michel


J
Alors très bon retour ...Jj
Répondre
J
Quand nous reviendrez-vous ? L'hiver approche et les images ensoleillées de cette belle Tunisie me manquent !
Ne tardez pas trop... mais peut-être votre longue absence signifie-t-elle que votre séjour là-bas vous comble. Je vous le souhaite.
Amicalement,
Jean-Christophe.
Répondre
M

Merci Jean-Christophe, je suis de retour en France depuis peu, mais encore là-bas dans la tête. Dès que j’atterris vraiment (encore deux ou trois jours) et c’est promis, je vous reparlerai de la
Tunisie.
 @ très bientôt,

Michel


G
Bonjour Michel, merci pour cette belle aventure en photo et les dessins, bref je suis émue par une tel beauté masculine et surtout comme tu les met en valeur. Je découvre la blogomanie et je suis en éfervescence devant une technologie aussi puissante. ces espaces de découvertes me bluff. A Bientôt Giselle
Répondre
M


Je suis moi-même un peu décalé par rapport à tout ça, mais c'est vrai que c'est un vrai bonheur de partager ainsi des émotions via le net...

Merci et à bientôt,


Michel



K
tes mots tes images me manque...
Répondre
M


J'arrive Khem... je suis en France depuis hier soir. j'ai un mal fou à retrouver mes repères.


 Je t'embrasse, le sud de la Tunisie est souvent une merveille, un conte vivant...


 Michel



H
Je suis dans mon bled africain et pense à toi qui es dans le tien.Je me dis que nous vivons des émois semblables.Et je suis content de cette fraternité.
Répondre
M


Certainement les mêmes émois... l'aventure humaine quoi qu'on en pense passe par l'Afrique.

Je t'embrasse,


Michel



N
Moi qui aime faire de la moto je suis agréablement surprise par le blog
Répondre
M


C'est un lieu pour en faire... c'est vrai.


 @ +


Michel



O
Bonjour.Je m'appelle Olivier, je suis portraitiste. Je viens de regarder avec attention vos dessins (en particulier) et j'ai été profondément impressionné par votre talent. La profondeur des regards, le fond qui met toujours en valeur le sujet sans jamais l'écraser...Et dans ce tableau "Fracas", le tracé de la lumière, la justesse des couleurs... Je vous remercie pour ce beau moment artistique passé sur votre blog.Olivier
Répondre
M


Mercvi OLivier, je suis très sensible à vos compliments,


 @ bientôt,





Michel



M
Ramsa alliq 5 X 5 pour Michel mon grand frère.Que tu voyages, que tu profites.Et des youyous quand tu reviendras.Bises
Répondre
M


Merci, merci Michelle, merci pour toutes ces mains que tu as faites j'en suis sur.... j'en ai acheté deux très belles cette année. J’en ai besoin, je crois. J'ai adoré Nabeul cette fois-ci, c'est
adorable.

Grosses bises,


Michel



S
c vré en tunisie ya pas l'asphexie de la bourse, on s'en fou du prix du baril, on s'en bat les narines du prix du dollar de l'or ou du phosphate produit par la tunisie el meme pq le tunisien moyen il sait meme pas s'il existe un tel produit en tunisieen tunisie on vit sans complexes sans chercher d'identité on cherche pas a s'expliker pour une colonisation qui date d'un siecle desolé on cherche rien a part une concience trankil ma cher mel  restant loin des clichés suis un tunisien installé a paris depuis peu pour mes etudes je te souhaite de bonne vacances michel et je te conseil de vivre le quotidien d'un tunisien moyen ds le sud et tu verra qsq il pense de tout cela ils sont pas des philosophes comme ta chere mel ni savants com toi c des gens modestes ki ne demandent rien a ki que ce soit et au contraire ils sont d'une hospitalité incomparabletien je p t'offir un sejour de 15 jour mel et un billet aller retour et je t'attends pour ecrire un commentaire apres ton retour je pense et suis sur ke tu changera ton discourexcuse pour avoir tetoyer et pour l'abreviation et pour aussi mon francais pq c pas ma langue maternelle mais j'essaye d'aimer les langues des autres pour communiquer avec eux. un etudiant a parissalam  michel stp ramene nous juste un p d'air  pq on se casse pas la tete a calculer la qualité de l'air labas lolinchallahh yalla
Répondre
M


Je pourrais répondre à ton long commentaire par tout un tas de phrases que tu jugerais déplacées ou exagérées ou idéalistes, aussi je me contenterai de te dire que tout est perfectible et que,
quand bien même un Tunisien (celui que tu décris) serait souvent en dehors de la réalité, depuis des dizaines d'années que je séjourne là-bas, j'ai aussi appris que la pudeur autant que le
fatalisme (mektoub) est un facteur qui engendre à la gentillesse, mais lorsque tu passes des heures avec un Tunisien, quand tu parles en profondeur avec lui, quand tu n'es pas le touriste de
base, quand tes tripes fonctionnent avec le pays, le Tunisien n'est pas si « peu », n'est pas celui que tu décris. La profondeur l'accompagne aussi, peut-être avec plus de désinvolture qu'un
pseudo-intellectuel, mais elle est bien là...

Je ne suis pas moi-même un intellectuel, juste un cérébral et je ne vais pas en vacances en Tunisie, j’y vis plusieurs mois par an. Je parle, je dors, je respire avec des familles, je suis
englouti par la culture de ce pays, j'y suis né aussi et ne me sens pas colon, j’étais trop jeune donc, je te le dis tu ne peux pas zapper à ce point sur le caractère des Tunisiens.

Je t'accorde qu'ils sont toujours de bonne humeur, mais là ça aussi ça peut devenir un cliché. Il y a des  des révoltes, il y a des rêves chez vous… il y a des hommes en somme.

Plein d'affection pour toi Samir ; dans quelques jours je posterai de belles photos de ton pays et merci pour l’effort de parler français, vous êtes très doué pour les langues, ça, c’est bien
vrai.


Michel



C
Il est toujours parti notre Michel ? Tu nous feras signe quand tu rentreras avec de belles photos de bleus et pas qu'à l'âme ! Je te fais de gros bisous en souhaitant que tu vas bien. Chris.
Répondre
M


Il est revenu depuis hier...


Bisous Christian, mais les bleus sont encore dans l'âme pour le moment...


Michel



M
Des photos qui font voyager... Ah, qu'il fait gris à Paris...
Répondre
M


Mais Paris, tout de même... Quelle merveille!


 @ bientôt,





Michel



X
enfin des paroles censées
Répondre
M


Merci ma bichette...


Papa



O
c'est un sacré sujet, que celui qu'ont soulevé tes lecteurs, avec un peu de véhémence peut-être... Condescendance, regard colonialiste ? A-t-on le droit, quand on vit en occident, qu'on dispose d'un petit patrimoine, d'un confort moderne et d'une technologie numérique, de considérer que ce mode de développement dans lequel nous baignons n'est pas une panacée ? S'émerveiller devant un certain dépouillement, une autre simplicité des rapports humains, est-ce contester le droit au développement de tous ?C'est forcément difficile parce que l'on sait que notre mode de développement occidental n'est pas viable à l'échelle de la planète, qu'il n'est même pas enviable, à l'échelle humaine, mais qu'il s'est érigé en modèle.Je crois que porter ce regard critique, distancié, sur notre "civilisation", fusse à travers de l'admiration pour des modes de vie ruraux emprunts de simplicité, n'est pas dénier le droit au développement, c'est peut-être une invitation à penser le développement autrement, pour que la diversité culturelle soit préservée, et même promue, pour que l'éducation, le savoir, l'accès aux services de base et le développement des pratiques culturelles soient l'enjeu premier, et non celui de l'accumilation de biens et la sur-consommation, pour que l'être prenne le pas sur l'avoir, et qu'en contre-partie, les hommes, chaque homme, se sentent respectés, reconnus, valorisés pour ce qu'ils sont, et pas pour le modèle qu'ils adoptent...Hou là là, c'est un sujet qui dépasse de loin le plaisir que l'on peut prendre à retrouver dans un ailleurs à soi des souvenirs, des sensations, des lumières qui bercent notre vie. Beau voyage à toi.
Répondre
M


C’est un sujet délicat, mais je ne me sens pas colon, j’étais bien trop jeune… je suis simplement amoureux de ce pays natal, c’est tout, et les liens que j’ai la chance d’avoir établis sur place
sont tels qu’ils signent ma plus belle réussite. Le reste est débat. Mel n’a pas tort, mais tout ne peut pas être manichéen à ce point. Il ne peut pas y avoir un bon et un mauvais choix en
fonction du simple ressentiment des valeurs absolues. La vie est bien plus compliquée et souvent la douleur engendre la félicité. Je suis fatigué, car je suis revenu seulement hier soir, aussi
j’ai du mal à m’expliquer sur le sujet, mais je le ferais certainement dans un prochain article.
 En tout cas merci et à très bientôt,

Michel



M
magnifiques photos :) merci pour la balade !
Répondre
M

J'attends la suite...


M
Bonjour ,c'est la premiére fois que je visite ton blog et j'y reviendrais car ,nous devons partir en mars 2009 pour la Tunisie ,au rassemblement de camping car a Tozeur ,j'ai hate d'y étre ,moi je suis née au Maroc mais mon grand pére a Sousse d'origine italienne donc je vais étre contente d'aller voir ou il a grandi ,ma grand mére elle est née a lampédusa ,une ile pas loin de la Tunisie,merci de tes belles photos qui m'interesse beaucoup amicalement
Répondre
M


Merci Maria, tu aimeras Tozeur, mais surtout visite la vielle ville, c'est une merveille...Moi, j'ai un faible pour les paysages de Matamata, essaie de ne pas louper ça et surtout la route du Kef
à l'ouest de la Tunisie, vers l'Algérie.

 @ bientôt et bon futur voyage.

Michel



J
Bonsoir à vous,J'ignore si vous consultez votre blog et si nous nous lisez depuis la Tunisie, mais je tiens à vous faire part ici de ma colère après avoir lu une contribution postée le 15.10.08 à 18:38 (vpus la trouverez un peu plus haut...).Cette personne n'est pas d'accord avec ceux qu'elle nomme vos "admirateurs" (dont je suis heureux de faire partie), et c'est son droit le plus absolu. Toutefois, elle se croit pertinente en employant des termes SCANDALEUX du style "sous-hommes" et "colonialiste" quand elle parle de vous, de vos séjours en Tunisie et de nos commentaires à propos de votre travail de photographe. Je suis outré par l'emploi de ce genre de vocabulaire qui, outre l'ignominie qu'il véhicule, traduit la totale méconnaissance de cette personne sur la signification historique de ces mots, fortement connotés et dont je me désolidarise totalement. Ces mots sont une insulte à tous ceux qui, comme vous ou comme moi luttent contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples.Ces propos, qui ont peut-être dépassé la pensée de cette personne, ont une portée symbolique dont elle serait bien avisée de prendre connaissance en relisant son histoire de France. Oui, j'admire votre travail et j'aime nos mots quand vous nous parlez de ce superbe pays qu'est la Tunisie, mais je ne suis pas pour autant un nostalgique des colonies et encore moins quelqu'un qui considérerait les personnes photographiées comme des "sous-hommes" !J'espère que ces propos choquants et indignes n'ont pas fait bondir que moi et que d'autres contributeurs se joindront à moi pour dénoncer ce discours incohérent et injuste.Jean-Christophe.
Répondre
M


Mel est souvent ainsi... je partage votre avis sur tout ce que vous dites et m’y trouve en parfaite harmonie. Je reviens de Tunisie (hier soir ). J’ai la tête encore pleine de la rencontre des
gens du sud, des conversations touchantes ou âpres, mais toujours porteuses de réflexions qui se trimballent longtemps après dans votre mémoire et vous donnent une espèce de langueur difficile à
expliquer, un amour grand comme vos bras ouverts et à la fois le désarroi de ne pas être compris par tous... Mais je ne jette pas la pierre à Mel, le tourisme qu'elle décrit existe. Moi, je suis
né là-bas, je ne me sens pas touriste. Ma meilleure amie tunisienne qui vit là-bas a 55 ans et je la considère comme ma sœur. Je me battrais griffes et ongles pour elle et ses enfants. Vous
voyez, on est loin des rapports de supériorité, etc., etc. J'ai par habitude de ne pas entrer en conflit avec les propos de Mel ? Elle semble me rencontrer ou me rejeter une fois sur deux... qu'y
puis-je ?
Merci Jean-Christophe pour toutes vos phrases réconfortantes,
 @ bientôt

Michel






M
un bonjour !! et une envie de m'exprimer sur un de ces commentaires : ..la vraie vie des habitants ..je parle, des sans rien ...est-ce, si mirifique ? Je parle de ceux "  qui crèvent  du manque de "liberté " et  qui parfois enfreignent nos lois  pour venir survivre en nos pays( et ils viennent mourir chez-nous en désespoir  )....rêverais-tu de vivre en Tunisie dans leurs conditions ? non, personne ne demande à vivre ainsi, la vie est vraiment dure pour la majorité dans le sud mais tellement ??????? je n'ai pas les mots...oui, je répondrai :si l'homme que j'aime est à mes côtés, et qu'il me donne la clef pour vivre là-bas, m^me à en mourir, je répondrai, oui : à : La vie en Tunisie, est-elle à rêver ? J'ai eu la chance de vivre quelques instants avec eux, sérré dans mes bras : "les sens rien", "de la tunisienne des sables" de plus de 95ans à la jeune bergère du désert aux yeux bleus plus profond que les "bleus" tunisiens, tout : ce blabla pour dire : le mot "manque de liberté", n'est plus le m^me !!!!!!! ...et à ce: oui : je répondrai: si je pouvais être entérrée là-bas, à côté d'eux: chers à mon coeur, c'est : là-bas que mon âme "vibre en paix" !!! ;-) juste un sourire et une dernière chose :.....j'aime tes mots : "comme tous les insatisfaits, il me faut ce qui ne m’est pas donné.../ "Il me faut déchiffrer l’augure dans les viscères d’un ailleurs.../ "là, où le désert se fait sentir ; là, où il rode et vous enivre d’avance… Là, où il vous rattrape."
Répondre
M

Je suis très troublé par ce que tu me dis... très!

Je partage cette émotion. Bien sûr que personne ne veut vivre pauvre ! mais on s'enrichit de toutes les expériences et les fusions que tu décris sont celles que j'ai vécues. Aussi je sais qu'il est
très difficile de parler de ce sujet sans perdre de son identité. Tout blesse, tout fait peur, mais enfin... comment aimer sans complexes? comment aimer jugements ?
Merci de tout mon cœur.

Michel



K
yop ! alors c'est ici ton antre... bigre, va falloir que je revienne visiter tout ça... heureux d'avoir fait ta connaissance en tous cas...
Répondre
M


Merci Koulou...


 @ +


Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog