Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

                            Avancer sur tes terres
                                                        Que les siècles ont tissé
                                                                         Du soleil travailleur
                                                                              Et des contes qu’il renferme
                                                                        
Et puis...
                                            Déposer sur ta peau
                                 Qu’il m’est donné de voir
                       L’ombre fraîche de mes yeux
                Tout à l’ambre des tiens
             Et puis…
                       M'impliquer à voix basse
                                                  
Pour abolir la peur
                                                            
Que les mots et les lois
                                                                          
Font naître au cœur des hommes
                                                                                           Et puis...

                                                                                                                          © Giliberti / 2008        
                                                                                                                                  

commentaires

H
Comment aller à la beauté ?Le zig-zag de ton beau poème nous disent la difficulté de la voie
Répondre
M

Cette démarche est en soi une beauté,
 @ bientôt,

Michel


C
Et puis, dans ce visage au dessin si parfait laisser le désir nous envelopper.
Répondre
M

À quoi tient la beauté ?... À quoi tient cet étrange attrait ?
C'est une eau tumultueuse dans laquelle personne n'est à l'abri de la noyade.
@ bientôt,

Michel


J
...et puis.... douceur, délicatesse ce poème que je viens de lire et relire pour mieux m'imprégner de tes doux mots !Bises
Répondre
M

Merci Josie, une bise moi aussi, même deux, soyons fous :o)

@ bientôt,

Michel


K
j'ai senti un souffle sur ma peau
Répondre
M

Si c'est le mien, je bénis les blogs :o)
Je t'embrasse Khem,
@ bientôt,

Michel


B
Tu vois que tu n'écris pas toujours des poèmes tristes...
Répondre
M


Mais non, bien sûr, et heureusement, mais le thème se nourrit presque toujours de la solitude, d'intimes moments à devoir partager au milieu des tabous, de la difficulté de se comprendre et des
mille précautions pour y parvenir...
@ bientôt Belle

Michel



X
dis moi padre, c'est un mélange de peinture photo ? elle est trés surprenante la matiére de de l'image de ce bel homme, entre trait dessiné graphisme et photographie, dis moi je suis curieuxbisous doux
Répondre
M


Non Xavier, c'est de la photo tout ce qui a de plus banal. Je crois que la lumière particulièrement bonne a été le facteur essentiel de sa qualité, en dehors des celle purement physique d'Abdoul
qui la captait si bien.
Bisous
 @ bientôt,

Padre



F
Allers et retours de ce poème d'approche et de glissade feutrée sous le soleil.Et puis...Et puis c'est magnifique !Vraiment merci encore, MichelFrançois (depuis Paris)
Répondre
M


Et puis...
Plein de mercis à vous François d'être si souvent par ici, dans ce petit tunnel noir où circulent mes impressions et mes sentiments...
@ bientôt,

Michel



M
Très beau poème, j'aime cette approche tout en douceur, lente et respectueuse. La peau ressemble à la terre, les mots à des pas.  Tu as une belle inspiration, bravo !
Répondre
M

Maryse, c'est toi le poète... c'est toi qui est inspirée.
merci beaucoup et grosses bises
 @ bientôt,

Michel


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog