Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

L-enfant-oiseau.jpg
Hier après-midi, une amie ailée et son elfe sont passés à la maison. Dès leur envol, m'est revenu en mémoire « L’enfant oiseau », un de mes tableaux, bien kitch en vérité, mais ailé, lui aussi. C’est pourtant un de ceux, qui, dans les années 80, me permirent d’être remarqué et de faire mes premiers pas dans ce métier.
À l’époque, je trouvais follement romantique cette toile, d'autant que dans le troisième et dernier album que je venais d’enregistrer, une de mes chansons « Quand j’étais enfant oiseau »  reprenait le thème de ce fantasme éthéré, jamais tout à fait abandonné.
Je dépose ici cette chanson pour être au plus près de ce tableau…je ne peux même pas croire que c’est moi, tant je l'ai chantée avec une toute petite voix pour coller à son histoire... Une histoire liée à quelques égratignures d’enfance. Bref, je pourrais croire que c'est un gamin qui susurre mon texte ; celui que j’aurais pu avoir.


 
Quand j'étais enfant oiseau / Michel Giliberti / CBS 

commentaires

O
Bonjour, je m'appelle Oscar et je voudrais  les parole: "quand j'etait enfant oiseaux", merci. Pour me contacter je vous donne mon adresse email; trevisoscar@hotmail.it  
Répondre
M
<br /> Promis Oscar, je vous envoie tout ça.<br />  @ bientôt,<br /> <br /> Michel<br /> <br /> <br />
B
je découvre ton blog, moi aussi. Et je suis d'accord avec Zazou. J'ai eu vraiment beaucoup de plaisir et je reviendrai vous voir. Encore merci.
Répondre
M
C'est moi, Babeth qui vous remercie,Michel
Z
Je découvre ton blog. C'est vraiment de toute beauté.
Répondre
M
C'est toujours un plaisir d'entendre ça... merci Zazou. @ bientôt,Michel
M
J'aime beaucoup le tableau et la musique, bien que je n'arrive pas vraiment à faire de lien entre les deux ! ^^' Sinon, c'est vrai que tu as une toute petite voix aigu, et ça n'aide pas vraiment à comprendre, mais ça rappelle bien le petit oisillon !
Répondre
M
Le lien ne tient qu'aux titres... "L'enfant oiseau" pour le tableau et "quand j'étais enfant oiseau" pour la chanson... pas plus compliqué que ça. @ plus tard et merci,michel
A
L'amie ailée et son elfe vous embrassent, très cher Michel. Merci pour cet envol-là, et ces quelques heures en votre compagnie à tous deux...A très bientôt.
Répondre
M
Tout le plaisir a été pour nous. @ très bientôt,Michel
B
Ayé, je me la suis passée quatre fois. Et bien tu sais, je me sens toute petite devant ton talent. Même si toi, tu n'as pas toujours le regard assez éloigné pour juger, jaujer... purée, je suis jalouse.J'ai été frustrée, tu sais, parce que je voulais être comédienne et/ou chanteuse, et mes parents m'ont dit que ce n'était pas un métier, alors...Mais toi, tu as réussi largement ce que je n'ai pas pu faire.Alors BRAVO. Et continues à nous enchanter ici de tes merveilleuses paroles, toiles et chansons, de tes doutes, de ton combat pour ce que tu trouves juste, je te soutiens à cent pour cent.
Répondre
M
MERCI, MERCI Bellurette, mais tu sais tes parents avaient raison, ce n'est pas un métier. J'ai tellement bataillé si tu savais, tellement eu de problèmes, tellement eu froid, faim, et j'en passe (je ne pas faire du Zola) pour finalement vivre bien assez tard, avec la peur que tout puisse basculer du jour au lendemain.Mon premier plaisir a été d'avoir voulu être libre. C'est un choix depuis mon enfance.Je t'embrasse Bellurette, mais je peux te dire que tu te réalises bien à travers ton blog et que le net a le pouvoir de relancer les belles envies comme les tiennes, les rendres génereuses. Ton plaisir de partager est  identique au mien. @ bientôt,Michel
B
Sublime. Tout simplement sublime.J'étais en train d'écouter ZZ Top. J'ai coupé le son pour pouvoir écouter ta bande son.Tu sais quoi ? Et bien tu as bien fait de créer un blog et exprimer ta pudeur ainsi.Et ta quête sera éternelle (hum, oh le vilain mot que voilà...) car tu aimes le plaisir et nous faire plaisir aussi....Je vais me la repasser, tiens, pour écouter un peu mieux les paroles... qui me font penser, je ne sais pourquoi, soudain, à Françoise Hardy... cela doit être à cause de l'époque que tu évoques.
Répondre
M
Bellurette, je suis très sensible à ce que tu me dis car souvent nous rions ensemble et nous n'allons pas forcement plus loin. Alors, je suis tout ému de ce que tu me dis et je t'en remercie du fond du coeur.  Puisque c'est ça, de temps en temps je mettrai une vieille chanson de moi. Quant à Françoise Hardy, c'est mon idole de toujours... bisous, @ bientôt,Michel
A
J'ai apprécié la mélodie et l'assemblage élégants des mots.Quand à la vois il y a du Alain Souchon à ses débuts !Bien amicalementAlain
Répondre
M
Merci Alain, c'est très loin tout ça et si je l'ai mis de côté fort longtemps, maintenant ,ça m'amuse...@ bientôt,Michel
M
IL ARRIVE QUE NOS IDILES SOIENT LOINS DE NOS IDOLES ,QUE NOS YEUX FIXENT MOIN BIEN L HORIZON QUE LA TELE DU SALON .SIMPLEMENT ON OUBLI ..........
Répondre
M
De tout temps, l'homme ne s'est pas préocupé de ce qu'il avait à portée des yeux... si c'était le cas, nous ne nous serions pas tracassé à franchir des mers, jouer aux conquérents en faisant de grandes et inutiles guerres pour finalement , en arriver là, à vouloir tout ce qu'on a pas et à détruire tout ce qu'on a... Mais peut-ête voulais-tu me dire autre chose, ma biche?Michel 
M
je  ne trouve pas ce tableau kitch, j'y vois plutôt une forme d'auto portrait . Celui de quelqu'un qui se cherche dans l'art et qui est sur le point de prendre son envol. Il est très harmonieux, le contraste est magnifique. Et puis toujours contente d'écouter tes chansons car c'est une découverte . Bonne journée
Répondre
M
Merci Maryse, mais le problème (qui fatigue tout le monde autour de moi)  c'est que je cherche toujours... accapéré que je suis par mille choses nouvelles.  bisous,Michel
F
Je lis le livre de D. Fernandez sur le Caravage. Son protecteur mécène lui faisait mettre des ailes aux portraits de ses jeunes amants pour qu'il échappe à la vindicte de l'inquisition... mais c'était au début du 17ème siècle... autres temps...Plein d'amitiés chaleureuses depuis un Poitou surgelé...
Répondre
M
Les ailes avaient certainement bon dos, mais elles n'ont pas d'âge, comme nos castrations du reste.Caravage est des peintres qui illumine ma vie depuis si longtemps  (il y en a une dizaine mais lui est dans les premiers). Dès que son nom apparait, j'ai l'impression que l'on parle d'un ami. @ bientôt et merci François, depuis une Normandie, elle aussi surgelée.Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog