Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Lionel-profil-blogJ’étais là dans Rio
Abruti des sambas
Du carême naissant
Quand, au coeur des surdos
Un soleil satin noir
Sous l’or blanc de ses yeux
Se plaqua sur mon corps
Et me fit à sa bouche
Boire de la cachaça.

Puis ses gestes de fou
Enfiévrés des bandas
M’obligèrent à l’ardeur
Que l’alcool distillait
Comme au temps des esclaves
Mais devant cet Orphée
Au centre de l’enfer
J’ai fui comme Eurydice
Avant même d'en sortir.
© Giliberti
Orfeu-negro-1.jpgOrfeu-negro-1.jpgOrfeu-negro-1.jpgOrfeu-negro-1.jpgOrfeu-negro-1.jpgOrfeu-negro-1.jpgOrfeu-negro-1.jpg

commentaires

SENOUSSI Sadok 05/09/2011 16:34



Courage
Fuyons
Disait l'adage
Et le dicton
Etre capture
De ce doux vampire
Pourrait-être temptant
Imaginez les tournures
Imagninez  les courses folles des désirs
Imaginez les palpitants.....

Non, non...
Vaut mieux fuir... ! 

SAS Toulouse 05/09/2011



Michel Giliberti 05/09/2011 16:38



Mon cher Sadok... tu vois, nous avons les mêmes réflexes et même ceux de les inscrire avec poésie... "Courage, fuyons", absolument !!! Nous sommes des sages :o)))))
merci encore mon ami,
à bientôt
Michel



Henri-Pierre 10/10/2007 21:19

L'oeil théatralisé n'arrive pas à abolir le désenchantement de la bouche.

Michel 10/10/2007 22:02

C'est vrai, et l'alcool y était aussi pour quelque chose... @ +Michel

PETITE MOMIE 08/10/2007 14:53

Je suis sans voix!Michel, vous êtes un artiste dans l'âme et l'esprit. Comment fait-on pour peindre, écrire et faire d'aussi belles poésies en même temps? Dieu vous aurait donc doté de tous les dons? Vous m'en voyez jalouse et aigrie. sourie!

Michel 08/10/2007 15:03

Ma chère Petite Momie, Dieu n'y est pour rien... Par contre mes parents qui ont eu l'intelligence (ou la désinvolture) de me laisser faire ce que je voulais y sont certainement pour quelque chose. Ensuite, il y a le travail, le travail et puis le travail... Alors, êtes-vous toujours jalouse? :o) @ bientôt,Michel

Maryse 08/10/2007 10:00

"soleil satin noir"  une expression qui se marie tout à fait avec ce visage aux yeux maquillés. A voir son regard, on dirait quelqu'un d'un peu perdu qui se cherche dans l'autre.Ton poème est un tableau de mot qui  nous laisse voyager dans cette ambiance particulière et envoutante. J'imagine....

Michel 08/10/2007 10:54

Merci Maryse... Un peu perdu, oui, certainement... Moi aussi. Toujours! Mais juste pour me remettre mes idées au clair. @ bientôt,Michel

François 07/10/2007 21:01

Michel,Merci encore pour ce soleil noir.. pour ce regard de feu plus encore que de braisesEn Physique, le corps noir, c'est celui où convergent les rayons de lumière pour y rester piégés pour toujours. Noir dehors, mais en feu dedans...Se perdre pour se trouver... c'est toujours le même défi,Merci de nous le rappeler à travers vos poemes, vos photos, vos peintures..Amitiés du dimanche soir, quand le coeur se prépare déja au lundi, même en faisant bonne figure parce que c'est encore dimanche..

Michel 08/10/2007 08:33

Voici la physique comme je l'entends... Céleste! Merci François pour votre poésie des corps qui colle bien à ce petit texte et sa photo.Nul n'est à l'abri des volcans... quant au lundi, il est bien là, hélas! Et avec lui, se sont barrés les rayons de soleil de dimanche.Je retourne à mes braises...Bonne journée à vous,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog