Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

<< < 1 2
Un tableau pour ceux qui vivent au gré du flux et du reflux du sang de ceux qu’ils aiment.
Un tableau pour ceux qui vivent avec un être malade, un être séropositif.
Cette navigation dangereuse donne à connaître les plus belles des escales, les plus enivrantes des destinations d’amour.
La prudence ne doit pas faire oublier l’amour. Tant d’hommes et de femmes meurent dans la solitude et dans la surdité de ceux qui les côtoyaient autrefois.
Un tableau pour dire avec des corps étroitement liés dans un mouvement de balancier que tour à tour c'est l’un qui porte l’autre et qu’il n’est pas de meilleures conditions d’apaisement et d'équilibre.
Le danger ferme souvent les portes du courage alors qu’il peut l’apprivoiser.
Il ne faut pas s’user aux cauchemars de ceux qui ont peur, mais vivre les rêves de ceux qui ne craignent rien et transcendent les fléaux…
Vivre l’amour avec l'angoisse de perdre l’autre donne des sueurs froides, mais c’est toujours vivre l’amour.
Tous les chemins sont parsemés du sombre chant des lâches, c’est bien à nous d’en trouver la sortie dans le silence lumineux des grands. Un autre tableau sur ce thème, un tableau avec tous les symboles attachés à la séropositivité ; « sang », « amour » et le masque dont chaque oeil a la forme du virus, les longues baguettes qui créent un chapeau aux extrémités  recouvertes d'un préservatif. Le tout est rattaché au personnage qui ploie, prisonnier de la maladie, un personnage dont la peau porte les marques d'un commencement de dégradations.
J'ai peint ce tableau à une époque où tout autour de moi mourraient des amis. J'en étais bouleversé, désespéré, parfois anéanti.
L'amour donnait pour la première fois des culpabilités insupportables.

Voir les commentaires


Q
uand vous arrivez à Tunis en voiture depuis Sidi Bou Saïd, après avoir longé le lac de Tunis à partir de La Goulette, l’avenue qui vous accueille est bordée de part et d’autre des échoppes de fleuristes.
Si vous prenez le temps de flâner sur ses trottoirs embaumés qui ouvrent sur la capitale, vous pouvez facilement bavarder avec les vendeurs qui vous abordent avec des mots tout autant fleuris que leurs boutiques. Certains ont des sourires désarmants ou simplement espiègles, mais quel que soit le sens que vous leur prêtez… ils sourient et c’est déjà la moitié du chemin pour apprécier la ville. Ces sourires sont les premiers de ceux qui émailleront votre séjour et vous donneront l'envie de traîner longtemps... longtemps.

Le sourire d'un des fleuristes de Tunis...


Et le bouquet d'un jardinier de Tozeur.

Voir les commentaires



U
ne piste dans l'errance... des croquis pour me souvenir que la lumière côtoie souvent l’ombre ; que les chroniques des jours heureux sont souvent des chroniques du passé et qu’il faut encore me nourrir des rêves d’antan pour mieux construire ceux de demain, vacillants et fragiles, mais bien là.
L’usure du temps peut sublimer les objets, rarement les êtres ; je veux croire pourtant que la patine peut satiner les temps à venir.


Ces visages qui ornent les murs de mon atelier sont tous enfouis au fond de ma mémoire. J’ai mal à croire qu’un jour, assis à même le sol, tout contre un mur, je les ai faits dans la lumière tunisienne ; je les ai faits, tout enveloppé du grésillement des rares insectes osant braver la chaleur et de Moez râlant contre l’immobilisme que je lui imposais.
J’ai souvent lu que les peintres recherchaient les couleurs du Sud, des couleurs qui vibrent sous le soleil.

Je sais aujourd’hui que c’est vrai.


Ce matin, le brouillard enveloppait la maison et je n’avais aucune envie de me tenir devant mon chevalet. Maintenant il a fait place à un soleil généreux et je vais revenir sur ma toile. C’est enfin possible.
J’aimerais me lever chaque matin dans la lumière d’un jour radieux.
J’aimerais me lever chaque matin entouré des particules qui s’éparpillent dans les rayons du soleil comme des poussières stellaires.
J’aimerais me réveiller près de Jean-Charles et préparer notre petit déjeuner avec paresse avant de l’installer sur la faïence tiède d'une table abandonnée sur la terrasse, face à la mer.
J’aimerais… et quand j’aime, tout se réalise.
J’attends donc avec patience cette occupation du Soleil sur notre peau qui s’y prêtera sans résistance...

Voir les commentaires


Me voici de retour dans un des coins favoris de mon souk… en Normandie, où je calme mes blessures.
De mon étroit périple dans le sud, à déjeuner sur le pouce et à me rendre au plus vite au chevet de ma mère, il me reste l’étrange fusion de nos regards, de nos mots, de nos silences.
San Salvadour, le lieu où elle tente de recouvrer la santé est un endroit sublime et calme au bord de la mer ; les cigales sont les seules à se permettre de chanter. La végétation y est luxuriante, l’odeur des résineux, enivrante.
Le courage de ma mère est extraordinaire, mais elle veut en finir dans le fond. Elle n’accepte pas la diminution.
Ma sœur prendra le relais jusqu’à ce que je revienne à son chevet.
Quand je suis parti hier, elle m’a dit en plaçant ses mains autour de mon visage : « n’oublie pas, Trésor, tu es l’idole de maman ».
J’étais très ému et bien après mes sourires confiants de circonstance, mes larmes ont pu couler sur le chemin de retour, quand bringuebalé dans le car de 18 h 30 comme tous les jours, des jeunes gens déjà bronzés riaient aux éclats, écoutaient leur MP3 et commençaient leur vie… Étrange périple en terre de contraste.
Dès que j'ai récupéré, je reviens, c'est promis...

Voir les commentaires

<< < 1 2
Haut

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog