Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Depuis le patio d’un ami, depuis la craie de ses murs, je tente de synthétiser les raisons qui font que mes heures tunisiennes ne me permettent pas d’aller rêver plus loin.
Ce n’est pas le confort, ce n’est pas la béatitude, encore moins une extase stérile de ma part : je suis beaucoup trop critique en tout.
C’est peut-être l’impression de rassembler certaines choses au fond de moi, un peu comme je le ferais avec les pièces d’un puzzle. Chaque coin du monde déploie ses charmes, ses paradoxes, ses évidences afin de vous séduire, mais, comme en amour où telle personne et non une autre vous fait battre le cœur, la Tunisie fait palpiter le mien.
C’est peut-être aussi les discussions à n’en plus finir devant un café trop fort qui refroidit dans l’air saturé de l’odeur des tabacs de cigarettes et chichas mélangés. Le sourire complice d’un vieil homme, celui plus discret d’une femme, ce « Salem » formulé au hasard d’une rue. Oui, ici, on se dit bonjour quand on se croise et souvent, alors que vous pensez être seul, quelqu’un vous observe. L’ambiguïté habite son regard et ça aussi, c’est tout le sel de ce pays.
Tant de ruelles m’ont ouvert des boulevards d’émotion, tant de boulevards des impasses d’inquiétudes, là, où le mauvais œil auquel je ne crois pas se niche dans la prunelle des envieux, aux dires de ceux qui s’angoissent de mes audaces à braver l’inconnu.
Tant de ces portes basses entrebâillées sur mon passage ne m’ont jamais fait craindre de les franchir et, à l’ombre des demeures, le partage des fous rires ou du froid des secrets autour d’un repas m’a conforté d’avoir toujours écouté mon instinct.
C’est peut-être alors le linge qui claque au vent des terrasses chauffées à blanc, les senteurs du jasmin en soirée, ses fleurs accrochées à l’oreille des garçons, le galant de nuit qui vous abrutit de son si lourd parfum. Le sel sur la peau au retour de la plage et la sieste féconde après la citronnade.
C’est peut-être, qui sait, ces musiques lancinantes en nocturne, la voix rauque des hommes assis sur les marches des maisons, le bruit mat du ballon d’un enfant qui agace votre sensibilité chaque fois qu’il percute le mur ; le chien qui vous réveille, la mouche mourante qui grésille sur le tapis, la gargoulette qui transpire dans la pénombre.
C’est peut-être, bien sûr, les rencontres imprévues, les passions constructives, et celles, inutiles.
C’est sans doute, tout cela, mais sans doute, autre chose ! Vraisemblablement mon enfance n’a cessé de circuler dans mes veines, précise comme un GPS et me fait encore m’émerveiller du feu des grenades à la pourpre du raisin, des sonores pastèques à la figue sanglante.
À n’en pas douter, j’aurais pu confier, comme je le fis récemment au cours d’une brève interview, que la Tunisie était pour moi une musique intérieure… oui, en fait, ces quelques mots suffisaient, mais je suis une pipelette, alors je m’étale !
Pour finir, c’est la mine de plomb sur la feuille du carnet, les croquis qui s’invitent et bien sûr votre regard, le vôtre ! Votre bouche, la vôtre ! Votre esprit, le vôtre !
L’aparté dans le temps qui me reste.
MG

 

commentaires

F
Merci pour ces mots ... On s'étale tous comme de la confiture sur une tartine de beurre qu'on trempe dans un bol de café bien chaud et qu'on déguste à l'heure du goûter, la table emplie de sourires , de souvenirs, d'un cendrier qui fume , d'une bouilloire qui siffle, à l'ombre du tic tac du temps on prend une pause , un cahier, un stylo, et on regarde dehors comme dedans le temps qu'il fait ...

"L'aparté dans le temps qui me reste "
Je vous vois immortel Michel, et j'espère que vous le resterez ...
Vous êtes pour moi sans doute " le père spirituel "que j'ai choisi un jour , comme ça par hasard , en buvant mélancolique un café devant mon ordi , de fil en fil , de poésie en poésie , et biensûr tout s'est enchainé avec nos prises de bec , nos échanges , nos sourires , nos voyages , la peau du monde , Bou Kornine ... et Jojo ( d'ailleurs où est il ?)...
Voyez on s'étale tous ... pipellette hum c'est un pseudo qui me plait ...
Vos toiles sont magnifiques ...
ps ( je crois que je suis amoureuse du voisin )
Répondre
M
Immortel ? ce doit être terrible :) Merci chère fée...
J
Merci pour ce partage cet état des lieux quel beau voyage, je ressens à te lire certains de mes voyages
merci à toi
joyeuses st Valentin
Répondre
F
"Immortel ? ce doit être terrible "

Sûrement oui, mon père disait toujours " si je vis jusqu'à 60 ans, avec tout ce que j'ai vécu, ça sera déjà bien" ...
Et il est parti dans sa soixantième année...

Sinon , je crois que c'est Shakespeare qui citait ce que je ressens profondément :

Il aimait la mort, elle aimait la vie, il vivait pour elle elle est morte pour lui ....
M
Merci, merci infiniment ❤️❤️❤️❤️❤️

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog