Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

 

commentaires

F
Ca sera mon dernier poème pour lui ...

Grâce à vous Michel , j'ai pû lui parler ...

S'y dissipe  ma vue
Au sel de tes maux
Au timbre entendu
Des frissons sur ma peau.
Elle éclate en sanglots
La peine qui te noie
Comme ce fichu garot
Qui étrangle ta joie.
Ce pic de couleurs
Étrangères à ma nuit
Esquisse la froideur
Où plonge ton ennui.
Le feu de ta flamme
Dans mes yeux qui pétillent
Du braille est la trame
Un goût qui  ne s'oublie.
Et l addiction s'en mêle
S'emmêlent tous les sens
Arrivent pêle mêle
La vague effervescence
Qui nous brasse le cœur
Remue son linge sale
Au balcon où les pleurs
Sèchent leurs opales.
Et l addiction t'appelle
Le vide en est immense
Toujours manque à l'appel
L être en nos errances.
Celui dont le bonheur
À trop se faire la malle
A sculpter dans sa stèle
Trop de cœurs qui ont mal.
Répondre
M
merci Fée... toujours un plaisir.
F
Je l'ai cherché ta main
Dans tous les livres lus .
Dans le froid des matins
Dans le ciel et ses nues.
Dans l' arbre à qui je parle
Quand je suis abattue
Dans le rire et les larmes
Dans le vent qui s'est tue.
Je l'ai cherché aussi
Dans la verte nature
Des pensées des soucis
Dans le son la mâture .
Je l'ai cherché souvent
Me l'a suis prise de face
La caresse du vent
La pluie mêlée de glace.
Je l'ai cherché en vain
Sur les sommets en neige
Dans l'alcool et le vin
Dans tous les privilèges.
Je l'ai cherché c'est bête
Dans l'orgueil et ses thèses
Mais çà m'a pris la tête
J 'étais pas trop à  l'aise.
Je  l'ai trouvé pourtant
Alors que je n' y croyais plus
Dans mon âme tout au fond
Dans l'enfant survécu
Qui s'y était caché
Sûrement par pudeur
Qui a réapparu
Quand il t'a vu en pleurs.
Répondre
M
merci... <3
F
Il était c'était doux
Comme ce brin de muguet
Au parfum qui rend fou
Au goût qui  m'interdisait
De l'étendre  dehors
De toujours le garder
Au creux de mon corps
À l abri des regrets
Et bien loin des remords.
Il  était ce bonheur
Qui s'offre sans rien attendre
Un aller sans compteur
Un retour au cœur tendre
Aux choses essentielles
Qui s'oublient quelques fois
Dans nos existentiels.
Il en était  l'heure
L 'alarme sur mes pleurs.
Il était comme un tout
En fagot en bouquet
Un flot autour du cou
Un nœud qui déroulait
Ses ailes d'espoir encore
Devant la baie vitrée
Où des gouttes multicolores
Venues l'escorter
Chantaient en chœur l'amphore
D'où il s'est envolé.
Répondre
F
Je t'aime et tu me manques
Je voudrais que reviennent
Tous les jours saltimbanques
Et les pluies diluviennes
Que nos mots se sont dit
Quand on était nous deux
Ceux qu' on s'étaient promis
Qui nous rendaient heureux ...
Je t'aime et tu me flanques
Une peur indescriptible
Quand tes pas là se planquent
Et deviennent invisibles
Quand tu restes tout seul
Sans amour ni tendresse
Un sourire pour linceul
Sous des larmes d'ivresse .
Je t'aime et tout ce manque
Crée  c'est incompréhensible
Un chemin une calanque
Une mer perceptible
Une forêt de tilleuls
Un ciel de promesses.
Répondre
F
Oh , pardon , nubuck, le t 9 écrit tout seul ...
Répondre
F
Je ne t'ai  pas vu là dans ce bois
Mais j ai senti derrière ma nuque
Le souffle chaud du tabac froid
Le cuir de ta peau nubuque...
Je ne t'ai pas vu sur ce chemin
Où des roseaux s'élevaient
Comme des épines sur le destin
D'une eau boueuse qui rêvait.
Je  t'ai vu prier à genoux
Boire à la rivière glacée
Voir le reflet un peu flou
Du grand roi de la forêt .
Je t'ai vu c'était fou
Entre les herbes te glisser
Faire signe au hibou
Comme un adieu lui hisser.
Je ne t'ai pas vu là dans ce bois
Mais j'ai senti derrière ma nuque
Le souffle chaud du tabac froid
Le cuir de ta peau nubuque .
Répondre
F
Pourquoi tu pleures quand la nuit tombe
À ton chevet
Quand la nuit sombre sur ton duvet
pourquoi pleures tu?
J'voudrai savoir ...
Savoir l'histoire qui te déchire .
Pouvoir la connaître et la lire
Sur d'autres plis qu'sur ton visage
J'voudrai m' glisser dans toutes tes pages.
Poser mes mains sur tes angoisses
Sur tes demains chasser la poisse.
J'voudrai vraiment que tu sois heureux
Te dire tout ça yeux dans les yeux.
Poser un baiser sur tes lèvres
Éponger ton front de sa fièvre
Écouter  l' rytme de ton âme
Danser contre toi  sans ramdam.
Pourquoi tu pleures quand la nuit tombe
À ton chevet
Quand la nuit sombre sur ton duvet
Pourquoi pleures tu ?
J'voudrai savoir ...
Savoir l'histoire qui t'fait souffrir
Pouvoir l' effacer te guérir
Calmer tes colères et ta rage
J'voudrai que tu les sortes de ta cage.
Que tu inspires le parfum
D'une nuit sereine qui ne te froisse
Que tu sois apaisé enfin
Loin d' ces épines qui t'agacent
Pourquoi tu pleures devant ta glace?
Répondre
F
J ai vu un homme
Pas loin d'ici
Chasser à court
À court d'envie
Sur un cheval
Un peu blessé
Comme son armure
Transpercée...
Ses ailes étaient
Toutes froissées
Ses yeux pleuraient
D'avoir pleurer
La nuit le jour
En toutes saisons
J'ai vu son âme
Plier au vent .
J'ai vu un homme
Dans cette maison
Un homme un vrai
Qui ne savait
Qu'avec le temps
Tout passerait
Qu'aucune saison
Ne fanerait
Son doux printemps
Ses yeux dorés
Son cœur d'enfant
Même sous l'orage ...
J'ai vu un homme
Pas loin d'ici
Tout plein d'amour
Derrière  l'ennui
Comme une vestale
Adossée
Au pied du mur
Se redresser...
Répondre
F
Il a la douceur d'une fleur
Épanouie au fond de sa voix .
Le parfum et toutes les couleurs
D'un fruit gorgé d'or sur ses doigts.
La belle alliance d'une jeunesse
Emplie de saveurs épicées.
Toute l 'innocence  et la sagesse
D'un homme libre mais secret.
Répondre
M
<3 très beau
F
Il l'aime encore son encore belle
Affreusement elle l'ensorcelle
Les affres creux de ce ciment
Creusent sa chair aveuglément...
Répondre
F
" Très beau"

Il l'est Michel celui que je vois sur votre tableau, il existe en vrai dans ma vie vous savez , il l'est intérieurement et extérieurement, mais je ne sais pas s'il le sait, qu'il séduit sans séduire, et que secrètement je l'espère heureux ...
Du fond du coeur du bord des yeux... avec ou sans ailes...
Mais rayonnant tout entier ...
F
Je suis un ange qui a laissé
Ses ailes au sol dans un panier
De feuilles d'automne.Il a tissé
Toute sa vie autour d'un ciel
Mélancolique et bucolique...
Je suis un ange qui m'a laissé
Et attachée au bleu acier
De ses prunelles , je n'ai cessé
De ma présence en distanciel
De le hanter de sons toniques
En réveillant toutes ses pensées.
Je suis un ange qu'il faut aider
Il était beau quand il souriait
Je n'arrive pas haut le hisser
Il coule au fond comme une bielle
Son coeur est bien trop nostalgique.
Je suis un ange un peu lassé
Qui espérait le voir relier
Dans son présent tout son passé .
J'ai échoué, et de son miel
Me suis lovée, il est magique.
Répondre
F
C'est troublant cette invitation,
En fait j'ai le même model à portée de mains... à porter demain ...
Il est si beau ...


Ton coeur bat fort je peux l'entendre
Ne doute jamais que t'en as un.
Tu es le seul homme qui a su fendre
D'un regard tendre tout mon chagrin.
Quand j'ai trop mal tu es présent
Je sens tes mains qui me consolent
Et toute la pluie sur l 'horizon
Se change en soleil et m'envole
Par ce baiser là sur mon front
Loin de ces pierres sur mon chemin
Qu'ont les sans coeurs devenus grands
Dans leurs bouches chargées de venin.
Répondre

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog