Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

En 1969, à Paris, je rencontrai Frédéric, un mannequin, avec qui je devais partager pendant quelques longues soirées à refaire le monde dans les boîtes de nuit branchées et enfumées du quartier de Buci, dont une, en particulier, qui se nommait le Speakeasy. Un soir il m’emmena chez le jeune photographe François-Marie Banier, beau dandy à la lourde chevelure bouclée et qui à l’époque venait de publier « Les résidences secondaires ou la vie distraite ». Je dois avouer qu’entre nous le courant ne passa pas vraiment ; je le considérai trop mondain, moi qui ne le suis pas du tout et il dut me trouver terriblement terne. Mon charisme, si tant est que j’en aie, ne se manifeste que lorsque je me sens bien avec ceux qui m’entourent. Néanmoins il me prit cette photo, hyper abîmée aujourd’hui tant elle a traîné dans mes sacs durant des années d’une vie de bohème dans la capitale. Sans doute ma chemise tout en dentelle noire transparente ( années hippies obligent) l’avait-elle déconcerté et là, pour le coup, je le rejoins.
MG


MG

commentaires

Françoise Ruban 01/06/2020 19:16

Michel, voilà bien longtemps que je n'étais venue visiter votre blog... La photo de votre ami a certes beaucoup souffert d'être de tous vos voyages et déménagements, mais elle n'en est que plus attachante, émouvante. J'aime beaucoup le texte qui l'accompagne toujours empreint de malice et d'autodérision.
A mes yeux, l'ensemble forme un tout très harmonieux et surtout qui vous ressemble, malgré les années et la mode vestimentaire.
Merci pour cette belle et malicieuse publication !
Françoise

Michel Giliberti 01/06/2020 20:03

Oh que je suis heureux de vous retrouver par ici Francoise❤️J’avais depuis longtemps abandonné mon blog et depuis quelques jours je tente de lui redonner un souffle... merci infiniment Françoise, je vous embrasse

Jacques 31/05/2020 14:49

la photo est belle, le papier a vieilli, pas l'Ame.Techniquement la photo est superbe, le modele naturel, la chemise parfait reflet de la mode de ce temps, les usures du papier , qui a beaucoup voyagé, sont très facilement corrigeables de nos jours, sur les tons, et les petits défauts. et il est tres facile de revenir à la perfection originale du cliché papier. In fine apres correction parfait pour un recuieil biographique de l'artiste.

Michel Giliberti 01/06/2020 07:13

Merci Jacques, oui ces petites blessures du temps se corrigent aisément avec la technique actuelle que je connais fort bien, je restaure bon nombre de photos quand on me le demande, mais là, c'est justement ce côté "vécu" qui m'amuse et me touche car chaque égratignure me renvoie à mes années de bohème où je n'avais qu'un sac à dos et ma guitare :)
A bientôt et encore merci.

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog